Transport, Singapore Airlines

Singapore Airlines, les vols très long-courriers sont de retour

Les vols très long-courriers, un enjeu majeur pour la clientèle d'affaires. Le 10 octobre dernier, un Airbus A 350 de la compagnie Singapore Airlines relie Singapour à New York en 18h45, sans escale. Avec ce vol inaugural, qui deviendra quotidien en novembre, SIA relance les liaisons très longue distance directes et reprend sa couronne de leader de la spécialité.

C'est un record absolu. Singapore Airlines (SIA) a inauguré, jeudi 11 octobre, le vol commercial le plus long du monde, entre Singapour et New York. 181 passagers ont pris place à bord d'un Airbus A 350-900 Ultra Long Range (ULR), capable de franchir 18.000 kilomètres sans escale, c'est-à-dire de voler pendant plus de 20 heures. L'appareil est équipé d'un réservoir optimisé contenant 165.000 litres de kérosène, soit 24.000 de plus qu'un réservoir classique. Le vol entre Singapour et New York ne dure «que» 18 heures à 18 heures et 45 minutes (en fonction des vents et de la rotation de la Terre) pour parcourir 16.667 kilomètres.

Avec ce vol inaugural, qui deviendra quotidien en novembre, SIA relance les liaisons très longue distance directes - de plus de 16 heures de vol - et reprend sa couronne de leader de la spécialité. Le record était détenu par Qatar Airways depuis février 2017, avec un vol de 16 heures 40 minutes sans escale, entre Auckland et Doha, soit 14.525 kilomètres, avec un Boeing 777-200LR.

Entre 2004 et 2013, SIA avait tenté l'expérience. Elle desservait New York et Los Angeles avec une flotte d'A 340-500, la version ULR de l'A 340. Si les vols étaient pleins, ils n'étaient pas rentables avec un quadriréacteur très gourmand en carburant dans des années de forte hausse des prix du pétrole. Aujourd'hui, la demande pour ces non-stop a encore augmenté avec le développement du courant d'affaires entre les places financières de Singapour et de New York et entre l'Asie et la Silicon Valley. «La clientèle affaires qui court après le temps réclame davantage de liaisons directes», souligne un porte-parole de SIA. Elles entraînent des gains de temps de 3 à 5 heures par rapport aux vols avec escale.

Un biréacteur de nouvelle génération tel que l'A 350-900 ULR brûle 161 tonnes de carburant pour rallier Singapour à New York, contre 222 tonnes pour un A 340-500, avec le même nombre de passagers

Surtout, les avions se sont améliorés. Airbus et Boeing proposent désormais des appareils consommant moins de carburant et plus performants. Un biréacteur de nouvelle génération tel que l'A 350-900 ULR brûle 161 tonnes de carburant pour rallier Singapour à New York, contre 222 tonnes pour un A 340-500, avec le même nombre de passagers. Et dans «un grand confort», selon SIA.

La cabine de la version ULR accueille 181 passagers, répartis en classe affaires et super-premium, contre 253 en version classique. De son côté, Boeing proposera, à partir de 2020, son 777X, la version modernisée du Triple 7, dont les versions ULR 8 et 9. Compte tenu de la longueur de ces vols, les compagnies offrent des services multimédias (film, TV, jeux…) XXL ainsi qu'un accès Internet haut débit. Les équipages sont renforcés avec chez SIA 4 pilotes et copilotes ainsi que 12 hôtesses et stewards qui se relaient.

Ce marché étroit - il est estimé à 100 avions sur vingt ans par Airbus - mais prestigieux devient rentable pour les compagnies, qui vendent les billets 10 à 20 % plus cher que ceux des vols avec escale. SIA lancera une seconde liaison directe, cette fois vers Los Angeles, en novembre. Avec l'entrée en service de sa flotte très longue distance, composée de 7 A 350-900 ULR (sur un total de 67 A350 commandés), la compagnie prévoit une hausse de son activité sur le marché américain, avec 53 vols par semaine contre 40 actuellement.

D'autres compagnies devraient ouvrir des lignes très longue distance dans les prochaines années. À l'instar de Qantas qui envisage une liaison directe entre Sydney et Londres (20 heures de vol), à partir de 2022. Elle battrait alors le record établi par Singapore Airlines.