• L'OCDE veut obliger les GAFA à payer des impôts

    L'OCDE veut obliger les GAFA à payer des impôts

    Avec l’accord de 127 pays, l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) veut obliger ces multinationales adeptes de l’optimisation fiscale à payer des impôts là où elles font des bénéfices. De nouvelles règles fiscales mondiales dès 2020, pour taxer les géants du numérique, les fameux GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), ces rois de l’optimisation fiscale, dont le modèle économique bouscule les codes.

    Lire la suite
  • l'OMC veut définir un cadre mondial du eCommerce

    l'OMC veut définir un cadre mondial du eCommerce

    Les négociations pourraient commencer dès le mois de mars 2019 et devenir un nouveau terrain d'affrontement pour la Chine et les USA, en pleine guerre commerciale. Les réglementations de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) font aujourd'hui l'impasse sur l'e-commerce, dont les ventes BtoC ont pourtant atteint 2 304 milliards de dollars dans le monde en 2017 selon eMarketer, soit 10,2% du total des ventes de détail.

    Lire la suite
  • Baromètre du numérique

    Baromètre du numérique

    Le Baromètre du numérique 2018, rendez-vous annuel référent; éclaire sur l’équipement et les usages numériques des citoyens. Il prend le pouls de notre société face aux évolutions technologiques.

    Lire la suite
  • Bilan 2018 du e-commerce en France

    Bilan 2018 du e-commerce en France

    93 milliards d’euros ont été dépensés par les Français sur internet. Selon l’étude présentée par la Fevad, les ventes en ligne ont continué de progresser en 2018. Cette étude repose à la fois sur les informations recueillies auprès des principaux sites marchands et sur le montant agrégé des transactions réalisées par les principales sociétés prestataires de paiement.

    Lire la suite

Business, Mastercard

Mastercard interdit les prélèvements automatiques après l’essai gratuit

La firme américaine annonce de nouvelles mesures pour mieux protéger les utilisateurs de ses cartes bancaires, et assurer une meilleure transparence. Pour convaincre de nouveaux clients de souscrire à un service, de nombreuses entreprises offrent une période d’essai, pouvant aller de quelques jours à plusieurs mois. 

Parmi elles, Apple, Spotify, Netflix et autres services en ligne ...

Lors de la souscription à l’essai gratuit, l’utilisateur est invité à donner son accord pour de futurs prélèvements, au risque, en cas de déception, d’oublier de les annuler. Mastercard annonce que tous les marchands devront demander à ses clients une nouvelle autorisation, à la fin de la période d’essai et avant le premier prélèvement.

Faciliter l’arrêt du service

Sur son site, Mastercard explique que cette demande devra s’accompagner d’informations (notification de fin de période d’essai gratuit) envoyées par SMS ou mail, concernant :

  • le montant de la transaction (abonnement)
  • la date de paiement (prélèvement)
  • le nom du commerçant
  • Elles devront également détailler la procédure à suivre pour annuler l’essai gratuit et suspendre le prélèvement.

Pour éviter les mauvaises surprises, si vous choisissez de conserver l'Abonnement, l’entreprise devra vous fournir des factures mensuelles précisant le montant exact du débit, un numéro ou un mail de contact ainsi que la méthode pour annuler votre abonnement.

Toujours d’après Mastercard, ces informations devront être renvoyées au client à chaque paiement.

Pour l’heure, Mastercard n’a pas précisé si ces nouvelles règles seraient mises en place au niveau mondial. Elles pourraient compléter les règles imposées par Apple et Google via iOS et Android, qui obligent déjà les éditeurs d’applications à indiquer la présence d’achats intégrés, et d’afficher le montant du futur abonnement lors de la souscription à un essai.

Jusqu’à maintenant, les marchands restaient toutefois libres de prélever le compte bancaire de l’utilisateur sans demander de nouvelle permission.

"oui mais..., on ne s'emballe pas... !"cela ne s’appliquera qu'aux produits « physiques », c’est-à-dire les objets qui sont livrés chez vous. Ce sera par exemple le cas si vous commandez chaque mois une box beauté ou nourriture. Mastercard n’a pas encore précisé si cela serait le cas en France, et quel type de sanctions sera pris si un vendeur n’envoie pas de messages à son client. 

 

source : https://www.bfmtv.com/tech/mastercard-interdit-les-prelevements-automatiques-apres-l-essai-gratuit-d-un-service-1614268.html