eCommerce, Carrefour

Les 9 chantiers de Carrefour pour relancer ses hypermarchés

La méthode "Bompard" continue d'être appliquée avec virulence au sein du groupe Carrefour. Aux manettes depuis un peu plus d'un an, le PDG Alexandre Bompard fait feu de tout bois pour retrouver de la rentabilité, plombée par les hypermarchés. L'une des priorités de l'année 2019 est d'enrayer leur déclin.

Les tests menés l'an passé vont être élargis à d'autres magasins et plusieurs nouveaux concepts ont été confirmés le 31 janvier 2019 aux organisations syndicales lors d'un comité central d'entreprise extraordinaire, par la nouvelle patronne des hypermarchés Carrefour, Marie Cheval.

Voici les neuf chantiers de Carrefour pour relancer ses hypermarchés :

1-Miser sur Darty

Deux espaces en franchise Darty ont déjà vu le jour à l'automne dernier dans les hypermarchés de La Ville du Bois dans l'Essonne et de Limoges en Haute-Vienne. Le concept sera étendu cette année à trois autres hypermarchés et une expérimentation similaire aura lieu avec la Fnac. Dans certains magasins, au lieu d'être en franchise, ces partenariats pourraient être cantonnés à l'approvisionnement, sans mise en avant de l'enseigne Darty ou Fnac — deux enseignes du même groupe qu'Alexandre Bompard connaît bien pour avoir supervisé leur alliance.

2-Réduire la voilure du non-alimentaire

Outre l'électroménager, toute la partie non-alimentaire — qui représente 68% de la perte de chiffre d'affaires des hypers — va subir une transformation. D'après la CGT Carrefour, les rayons bijouterie, photo, (et gros électroménager) seront supprimés, tandis que l'espace bazar sera réduit mais les produits seront plus souvent renouvelés. "Dès cette année, dans une quinzaine de petits hypers (moins de 8000 mètres carrés), l'univers électro-photo-ciné-son n'aura plus de vendeurs et passera en tout libre-service", indique le site spécialisé Linéaires.

3-Développer les espaces spécialisés

Surfant sur l'énorme marché des animaux de compagnie, Carrefour prévoit également de développer un rayon "animalerie", qui sera en test dans l'hypermarché de Chartres à partir du 15 mars. Le magasin de Carré Sénart en Seine-et-Marne de son côté testera à partir de la même date, un espace "Beauté plurielle" qui regroupera l'univers beauté, santé, bien-être et parapharmacie.

4-Etendre les outlets

Carrefour prévoit également de doubler le nombre de ses "outlets", espaces de destockage expérimentés dans certains hypermarchés. Face à leur efficacité, leur nombre passera de 11 aujourd'hui à une vingtaine d'ici la fin de l'année. L'idée est de centraliser les invendus des hypermarchés pour les brader, mais logiquement à force de les écouler, il y en a de moins en moins à vendre. Carrefour pourrait donc ouvrir ces espaces à des stocks extérieurs, à l'image de ce que font avec succès les discounters comme Noz.

5-Accélérer dans le e-commerce

L'ouverture de huit nouveaux drive est prévue cette année ainsi que l'extension de 67 autres. Le service de livraison "Carrefour livré chez vous" sera par ailleurs étendu à 90 nouveaux hypermarchés d'ici la fin de l'année. Un service de traiteur en ligne sera également généralisé.

6-Prendre un virage low cost

L'hypermarché d'Avignon dans le Vaucluse va quant à lui devenir complètement low cost. Un modèle baptisé "Essentiel" par Carrefour, reprenant les codes du discount : des prix bas, une zone "marché" en libre service uniquement et une offre basique pour les produits de grande consommation. Si le concept prend, il sera étendu à une dizaine d'hypermarchés.

7-Se recentrer sur l'alimentaire

Autre concept : "Next". Il devrait concerner quatre hypermarchés à commencer par celui de Dijon Toison d'Or en Côte d'Or. Leur surface sera réduite et dédiée essentiellement à l'alimentaire. Le parcours client sera simplifié avec une partie alimentaire classique et une partie "expert" bien identifiée mettant en avant des zones spécifiques "beauté" ou "animalerie". Une offre de restauration sur place fera aussi son apparition. Et dans tous les hypermarchés, l'accent sera mis sur le bio et les produits frais. 

8-Donner plus d'autonomie

Intitulé "rebonds", le programme prévoit de donner plus d'autonomie aux directeurs de cinq hypermarchés en difficulté, en s'inspirant des méthodes des indépendants qui reprennent des magasins à problèmes. Les transferts d'hypermarchés en location-gérance vont également se poursuivre. Après les cinq sites de 2018, 10 hypermarchés supplémentaires seront concernés cette année, ils seront principalement confiés à d'anciens directeurs de magasins. 

9-Poursuivre l'automatisation

L'automatisation des caisses va se poursuivre. Plus de 200 magasins seront équipés en partie de caisses automatiques et 168 seront dotés de "scannettes", permettant aux clients de scanner eux-mêmes les codes barres. Les stations services sont également à nouveau visées : 50 d'entres elles passeront à leur tour en tout automatique. Un positionnement qui fait craindre à la CGT Carrefour une "boucherie sociale".

En multipliant les chantiers, Carrefour prend le risque de se disperser et de rendre son offre moins lisible par ses clients. Les enjeux sont toutefois tels qu'il lui est urgent de se renouveler. 

Les hypermarchés, dont la clientèle est siphonnée par les géants du e-commerce et les distributeurs spécialisés, doivent en même temps digérer les ordonnances issue de la loi sur l'alimentation. Censés refermer la page de guerre des prix, la hausse de 10% du seuil de revente à perte et la limitation des promotions obligent les enseignes à repenser leur approche promotionnelle.