Business, Médias

80 médias français vont proposer un identifiant unique sur internet

Dès la rentrée, il suffira de créer un seul compte utilisateur pour être identifié sur 80 sites de médias. C'est une première: dix grands groupes médias ont décidé, à partir de l'été, d'offrir à leurs internautes une nouvelle facilité. Au lieu de multiplier les mots de passe pour accéder à chacun de leurs sites, ces groupes offrent un compte utilisateur unique qui permettra aux internautes d'être reconnus automatiquement sur les 80 sites édités par ces groupes. Pour le lecteur, c'est une facilité d'usage.

C'est une sorte de Facebook Connect, ce bouton qui permet de créer en un clic un compte grâce à ses identifiants Facebook, mais appliqué aux médias.

«Une fois que l'internaute a créé son compte, il n'aura pas besoin de se reconnecter en permanence et de mémoriser des dizaines de mots de passe», indique Emmanuel Alix, directeur du pôle numérique de L'Équipe. Pour les médias, c'est une manière de se préparer à la disparition annoncée des cookies publicitaires. «Le mot de passe commun permettra d'entrer dans un espace où les médias pourront utiliser les données pour offrir des publicités et des services personnalisés», indique Bertrand Gié, directeur délégué du pôle news du Figaro.

Après plusieurs mois de discussions, dix des plus grands groupes (Le Figaro, Altice, L'Équipe, M6-RTL, Lagardère Active, Czech Media Invest France, 20 Minutes, Les Echos-Le Parisien, Le Point et Radio France) qui touchent 80 % des internautes français chaque mois, ont donc décidé de s'allier. Tous les autres groupes de médias ont vocation à rejoindre cette alliance, à commencer par les titres de la presse quotidienne régionale.

Des services contre la création d'un compte

Contrairement à ce que peuvent faire Facebook ou Twitter, il n'est pas question de bloquer l'accès au média si les internautes ne sont pas connectés. «Si nous faisons cela, nous allons braquer les lecteurs», prévient Emmanuel Alix. «Il faut être plus inventif et proposer des services en échange de la création d'un compte. ChezL'Équipe, vous pouvez par exemple configurer vos alertes sur votre smartphone si vous êtes connecté.» «Si vous débutez un article sur PC, vous pourriez reprendre votre lecture là où vous vous étiez arrêté sur votre smartphone», imagine Bertrand Gié. Actuellement, moins de 15 % du lectorat d'un site d'information a créé un compte. La priorité de l'alliance est de faire progresser ce chiffre.

Les dix groupes de l'alliance ne se partageront qu'une seule donnée: l'adresse e-mail de l'internaute. À chaque média ensuite de bâtir sa relation avec le lecteur et de collecter des données pertinentes sur son profil. «Nous n'avons pas souhaité mettre en place un partage plus large des données socio-démographiques, cela aurait rendu les discussions trop difficiles», explique Bertrand Gié.

Au cours du deuxième semestre 2018, une étude de cadrage financée par vingt groupes de médias, dont une dizaine venus de la presse régionale, a permis d'établir les coûts de conception et de fonctionnement de ce «compte de connexion unique», qui n'a pas encore de nom définitif. Cela a permis à chacun de déterminer s'il souhaitait ou non participer à l'aventure. «Le budget de base sera de 4 à 5 millions d'euros, réparti sur trois ans entre les dix membres fondateurs», explique Bertrand Gié. Des aides ont été sollicitées auprès de l'État et du fonds Google pour l'innovation (Digital News Initiative).

Pour les médias qui rejoindront ultérieurement l'alliance, «il y aura un droit d'entrée et des frais de raccordement de leurs sites à ce système». Déjà, des groupes de presse magazine et de presse régionale, ainsi que le groupe TF1, ont fait part de leur intérêt.

Selon le calendrier prévisionnel, cet «identifiant unique» devrait être testé sur deux ou trois groupes médias en juin. Il sera étendu à l'ensemble de l'alliance en septembre. «La réussite de cette initiative passera par la qualité d'exécution», souligne Emmanuel Alix. «Il faudra être pédagogue, mais aussi garantir que notre système marchera aussi bien que Facebook Connect.»

 

 

source : http://premium.lefigaro.fr/medias/2019/02/05/20004-20190205ARTFIG00220-un-identifiant-unique-sur-les-medias-francais.php