Telecom, CyberDéfense

Cyberdéfense autour d'Orange

Orange, Sanofi, EDF, SNCF, Naval Group et Total ont annoncé lundi 14 janvier la création d’une alliance dans la cyberdéfense, formée à l'initiative d'Orange Cyberdéfense. L’objectif : publier rapidement un catalogue référençant les solutions efficaces du marché et partager leurs expériences.

A l’heure où les usines sont de plus en plus connectées, la cybersécurité s'impose en enjeu majeur pour les industriels. Six grands groupes viennent de créer une alliance pour promouvoir les solutions qui fonctionnent et s’entraider sur le sujet. Participeront à ce "cercle de confiance, réunit par Orange Cyberdéfense et révélé lundi 14 janvier, Orange, Sanofi, EDF, SNCF, Naval Group et Total.

"Cette alliance a deux objectifs : sortir au premier semestre de cette année un catalogue précis sur les solutions qui existent en cyberdéfense et faire du ruissellement, c’est-à-dire que quand un industriel teste une solution, il en fasse profiter tout l’écosystème, a expliqué Michel Van Den Berghe, le directeur général d’Orange Cyberdéfense, lors de la présentation de cette alliance. Avec ce partage d’expériences, nous voulons éviter de tester chacun dans notre coin les mêmes solutions et que les offreurs de solution fassent les mêmes erreurs." Cette alliance informelle devrait tout de même être dotée d'un budget, a précisé Michel Van Den Berghe.

"La cyberdéfense sera implantée au cœur de l’usine"

Se mettre à plusieurs et ne pas appréhender la cyberdéfense seul dans son coin est d'autant plus important que l'industrie 4.0 est vulnérable. "La transformation digitale de la SNCF est très axée sur la maintenance prédictive et donc sur des initiatives en matière d’internet des objets, a illustré Raphaël Viard, directeur de la transformation digitale (CTO) à la SNCF. Nous connectons nos systèmes industriels et introduisons des logiciels de traitement des données. Dans cette nouvelle chaîne, nous devons nous assurer que nos données vont rester protégées de bout en bout."

Enjeu de protection des sites sensibles chez Total, impératif d’assurer des processus de fabrication continus chez Sanofi... Les membres de cette alliance, chacun avec ses spécificités, espèrent créer des standards solides en matière de cyberdéfense. "La cyberdéfense sera implantée au cœur de l’usine et elle sera consommée au quotidien par elle, a pointé Jean-Yves Poichotte, responsable de la cybersécurité chez Sanofi. Les éditeurs de logiciels et les industriels qui utilisent leurs solutions doivent mieux travailler en binôme pour dessiner des services appropriables par les directeurs d’usines."

"Développer une initiative française"

"Il faut partager les problèmes et les solutions pour être plus forts, a déclaré de son côté Jean-Philippe Naquet, responsable de la sécurité des systèmes d'information chez Total. Notre groupe est également engagé dans d’autres initiatives mondiales, comme la charte de confiance dans le cybermonde Charter of trust [initiative lancée par Siemes en avril dernier afin de créer des règles et standards en cybersécurité], mais celles-ci sont très dominées par le monde anglo-saxon et il est important de développer une initiative française."

"Tout le monde est au même niveau d’immaturité dans le domaine donc la France a un vrai potentiel pour se démarquer", a renchéri Jean-Yves Poichotte. Si le but premier de cette alliance est d’aider les industriels à trouver les bonnes solutions en matière de cyberdéfense, elle vise aussi à devenir une vitrine pour l’écosystème français.

 

 

source : https://www.usinenouvelle.com/article/le-pacte-de-six-grands-industriels-francais-autour-d-orange-pour-muscler-leur-cyberdefense.N793129